Déployer le menu

À propos du centre

Les soins et les services de première ligne sont axés sur la promotion, la prévention, le dépistage, le diagnostic, le traitement, la réadaptation et les soins de fin de vie et privilégient des approches interprofessionnelles, centrées sur la personne et ses proches. Il existe un large consensus sur la scène internationale selon lequel les systèmes de santé fondés sur un réseau de soins et de services de première ligne performant sont parmi les plus efficaces et les plus efficients. Ainsi, le CERSSPL-UL se veut une solide infrastructure interdisciplinaire et intersectorielle de recherche, intégrée à la première ligne et dédiée spécifiquement aux enjeux particuliers de sa mission en proximité des communautés. Cette infrastructure permet de produire des connaissances scientifiques et cliniques de haute qualité qui sont essentielles à l’optimisation du réseau de soins et services de première ligne du Québec.

Vision

Le CERSSPL-UL deviendra un pôle majeur de la recherche sur les soins et les services de première ligne au Canada. Outre l’excellence scientifique de sa recherche, le CERSSPL-UL créera et maintiendra un milieu de formation interdisciplinaire exceptionnel pour les étudiants en sciences de la santé et en sciences sociales.

Paradigmes

Trois référents paradigmatiques orientent les travaux du CERSSPL-UL dans la réalisation de sa mission. Il s’agit de la proximité, de la responsabilité populationnelle et de l’imputabilité sociale.

La proximité

Les soins et les services de proximité ainsi que les modèles et les modalités qui les encadrent et les sous-tendent, constituent de fait le créneau de recherche du CERSSPL-UL et s’inscrivent prioritairement dans la mission du réseau de la première ligne au Québec. Les expertises et les intérêts des chercheurs portent sur les impératifs de cette proximité, sur la manière dont on peut en actualiser les différentes formes et sur l’effet de ces dernières quant à l’amélioration et l’intégration des services. La programmation de recherche du CERSSPL-UL prend ainsi en considération les besoins des utilisateurs de connaissances (intervenants, cliniciens, gestionnaires et usagers). Ces derniers doivent, entre autres, être instruits sur l’utilisation des connaissances qui entraînent des résultats significatifs pour les usagers/patients et qui améliorent la qualité et la performance des pratiques cliniques et de gestion ainsi que celles des décideurs.

La responsabilité populationnelle

La responsabilité populationnelle implique que médecins, professionnels, intervenants et gestionnaires qui organisent et offrent les soins et services à la population d’un territoire local, partagent collectivement la responsabilité à l’endroit de celle-ci. Ils doivent s’assurer : 1) de la prise en charge de la demande de services ou de la référence; 2) de l’accompagnement des personnes dans le système de santé et de services sociaux; 3) de la convergence des efforts pour maintenir et améliorer la santé et le bien-être de la population. Par ailleurs, pour la population, cela signifie l’accessibilité à un ensemble de services intégrés le plus complet possible.[1]Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre La responsabilité populationnelle a été confiée aux réseaux locaux de soins et services de première ligne, dont l’animation est assurée par les CSSS, et elle est inscrite dans la Loi sur la santé et les services sociaux ainsi que dans le Programme national de santé publique. Par cette responsabilité partagée, les partenaires locaux poursuivent l’objectif général d’agir plus efficacement et autrement pour améliorer la santé et le bien-être de la population. Elle vise à susciter des changements dans la manière de planifier et de dispenser les services sociaux et de santé à l’échelle locale, sachant que les ressources du système de santé sont limitées et que les besoins de la population en termes de services sont croissants.


[1]Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre MSSS (2004), Projet clinique. Cadre de référence pour les réseaux locaux de santé et de services sociaux. Québec, p. 5.

L'imputabilité sociale

L’imputabilité sociale est définie par l’Organisation mondiale de la santé comme étant l’obligation d’orienter les activités de recherche en fonction des préoccupations prioritaires en matière de santé de la communauté, de la région et de la nation que nous avons le mandat de servir[1]. Elle fait référence à l’obligation de répondre aux besoins des communautés et de le faire en collaboration avec l’ensemble des acteurs concernés. L’action est menée dans une perspective de maintien et d’amélioration de la santé individuelle et de la santé des populations.


[1] OMS. (1995) Définir et mesurer la responsabilité sociale des facultés de médecine; Ressources humaines pour la santé. Genève, Organisation mondiale de la santé.

Programmation

La programmation du CERSSPL-UL comporte 3 axes transversaux : l’organisation, l’informatisation et l’évaluation des soins et des services, le transfert des connaissances et la collaboration interprofessionnelle. Ces 3 axes permettent d’explorer les thématiques suivantes : le vieillissement en santé; les soins palliatifs à domicile et en centre d’hébergement; les saines habitudes de vie et les maladies chroniques sociétales, les soins et les services de première ligne en santé mentale; la santé au travail; l’enfance, la jeunesse et la famille; la pédagogie et la formation pratique. Pour plus de détails, consultez l’onglet RECHERCHE

L'équipe

Le CERSSPL-UL regroupe des professeurs universitaires et des chercheurs d’établissement représentant la force vive de la recherche en première ligne. Ces membres (réguliers, associés, collaborateurs ou émérites) sont issus de différentes disciplines des sciences de la santé et des sciences sociales. Ils produisent des connaissances de pointe permettant de soutenir la première ligne et jouent un rôle important dans la formation des étudiants. À ces chercheurs, s’ajoute une équipe de professionnels de recherche dynamiques qui contribuent activement au déroulement des recherches, au développement des connaissances et à la diffusion des résultats. De plus, des étudiants et des stagiaires postdoctoraux contribuent aux activités de l’équipe et à la production de nouvelles connaissances dans le cadre de leur formation. Pour plus de détails, consultez l'onglet LES MEMBRES.

Haut de page